Aperçu du panier
Article
Quantité
|
Format
Valeur
Votre panier est vide.
Le millésime 2017
 

Début avril, plus de 6'000 professionnels du vin se sont rendus à Bordeaux pour se lancer à la conquête du millésime 2017. Un millésime hétérogène car marqué par le gel de printemps, mais réservant plein de surprises.

Au sein des appellations, les dégâts sont très variables selon l’altitude et l’exposition. Les grands terroirs ont été relativement ou totalement épargnés. En général, l’impact se retrouve davantage sur la quantité que sur la qualité. En effet, les vignerons qui ont suffisamment trié leurs raisins, ne conservant que les premières baies, ainsi que ceux des terroirs épargnés par le gel, proposent un millésime 2017 fruité et d’une belle qualité.

Nos œnologues André Hotz et Léonard Pfister, qui étaient sur place lors des dégustations de primeurs, parlent d’une année où la qualité est assez irrégulière.

« Nous avons été impressionnés par la qualité des St-Julien et des Margaux. Des vins très expressifs au niveau du bouquet, concentrés, déjà très harmonieux et d’une belle structure tannique. Les Pauillac et les Saint-Estèphe sont quant à eux très tanniques et plutôt élégants au niveau de leur ampleur. Belles découvertes sur l’appellation Moulis avec des vins aux arômes complexes et aux tanins très soyeux. »

A noter de beaux vins blancs dans l’appellation Pessac-Léognan qui dévoilent intensité aromatique, finesse et ampleur en bouche. Dans la même appellation, les rouges sont marqués par des arômes fruités, une belle élégance et un bon équilibre sans trop d’ampleur.

Du côté des appellations St-Emilion et Pomerol, les vins sont extrêmement tanniques, peu harmonieux sauf ceux des grands Châteaux. On remarque que les assemblages sont inhabituels suite aux dégâts de gel dans le cépage Merlot.


Les coups de cœur de M. Hotz et M. Pfister portent sur :

Pessac – Léognan
• Haut Bailly
• Domaine Chevalier
• Gazin Rocquencourt blanc et rouge

St-Julien
• Beychevelle
• Talbot
• Langoa Barton
• Lagrange Margaux
• Siran
• Prieuré Lichine

Saint-Estèphe
• Château de Pez
• Phelan Ségur

Pauillac
• Pichon Longueville
• Grand Puy Lacoste

Moulis
• Chasse Spleen

Saint-Emilion
• Ausone
• Canon
• Canon-La Gaffelière

Pomerol
• Beauregard

Selon l'américain James Suckling, l’un des meilleurs critiques de vins au monde et l’un des plus influents, « la qualité du millésime 2017 est bien meilleure à ce à quoi la plupart des gens s’attendaient. Les vins des grands noms peuvent être comparables, en termes de qualité, au millésime 2012 raffiné, voire au 2014 plus structuré et frais. » En dépit des informations sur le gel, il s’est étonné de voir que 60% des vignobles qu’il a visités n’avaient pas été touchés - et ce sont plus de 770 vins qu’il a dégustés !
Pour les rouges, James Suckling explique avoir été vraiment impressionné par la qualité des vins de l’appellation Pauillac. Quant aux blancs, ils sont très beaux, à la fois secs et doux. La plupart des châteaux ayant vendangé avant l’arrivée de la pluie, ils proposent des vins d’une qualité comparable au millésime 2016. D’ailleurs, son « vin du millésime » n’est autre que le Château d’Yquem, noté 98-99.

Jean-Marc Quarin, critique spécialisé dans l'appréciation des vins de Bordeaux, explique que le millésime 2017 est irrégulier. « Il n'existe pas un 2017 mais des 2017 ». Toutefois « aucune saveur verte n’a été détectée (la présence de celle-ci aurait été le signe d'absence de maturité et de tanins durs).» Il décrit le millésime 2017 comme étant océanique et frais avec des vins rouges très colorés et des nez fruités, précis et complexes pour les meilleurs vins. "

Inscrivez-vous à notre newsletter spéciale Bordeaux Primeurs pour vous assurer d’être au courant des dernières offres!